ASSUMER L'AFRIQUE

Apprendre à exister.

Au revoir à mon lectorat

 

Photographie de Médrid Barrincio

 

Chère Lectrice, Cher Lecteur,

 

Je vous dois à la fois excuse et remerciements. J’aurais tant voulu vous découvrir individuellement, vous souhaiter la bienvenue et davantage vous tenir compagnie dès le premier jour que vous avez parcouru cette tribune. Je vous remercie de chaque seconde consacrée à la lecture de ces textes, de chacune de leurs appréciations et de chacune de vos réactions tout au long de ces six mois d’existence.

 

Trois raisons très simples m’ont convaincu d’ouvrir ce blog exclusivement dédié à la condition africaine et humaine.  Jeune étudiant qui « se cherche », sans pouvoir politique ni trop de ressources financières pour améliorer le cours de nos vies, j’ai vécu ce blog comme ce meilleur moyen à ma disposition qui me permettait de concourir à la concrétisation d’une volonté commune : une Afrique debout, capable et autonome. Il fut et reste avant tout mon acte d’engagement sous toutes ses formes à l’endroit de la cause naturelle et normalement évidente qu’est réfléchir sur une Afrique, un monde, meilleure ; et agir dans ce sens.

 

Ensuite, devant les contraintes liées à l’espace qui empêchent une plus franche diffusion des textes imprimés, parfois assez coûteux d’ailleurs pour être acquis des principaux destinataires, il a fallu compter sur la vulgarisation de l’internet plus fréquemment utilisé par ces derniers. Ainsi parviens-je à partager mes réflexions plus rapidement et m’adresser à ce plus grand nombre de personnes dont nos destins font un.

 

Enfin, en plus du fait que les activités du blog m’ont permis de m’occuper, les propositions que j’y décline participent de l’élaboration d’un projet de société à laquelle j’ai dédié ma formation. Chaque texte signé m’a personnellement permis de la rendre moins imprécise dans ma tête et de forger — ou consolider — des convictions. J’espère sincèrement que ces quelques textes vous ont inspirés de quelque manière.

 

Chère Lectrice, Cher Lecteur,

 

L’occasion est venue pour moi de prendre congé de vous durant ces deux mois de vacances et de stage qu’il me reste. Des projets inscrits dans la même finalité m’attendent, que je prie de pouvoir parachever. Je compte sur votre compréhension et souhaite tous vous retrouver dans de meilleures conditions.

 

Je vous défends de croire qu’il s’agit d’un motif pour mieux sympathiser avec la faim annoncée  du mois de ramadan, laquelle il est vrai, n’est pas facile à ménager. Surtout quand on se nomme Ndiaye.

 

Au revoir.  

 

 

 

 

 

 

Cheikh Ahmadou Bamba Ndiaye

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :