ASSUMER L'AFRIQUE

Apprendre à exister.

Publication de Corbeille, En attendant le walafal

 

 

Corbeille était destinée à être écrite et à ne pas être publiée. Elle n'était qu'un vierge cahier dans lequel je conservais quelques vers de compagnie dont les relectures me procuraient une joie certaine. Régulièrement, en fonction des journées que je vivais, je remplissais le cahier, avec pour seule directive d'être en mesure d'écrire sur tout ce que je pensais, ressentais et apercevais.

 

 

Un stylo à la main, un bout de papier où griffonner, mon inspiration libre, j'étais suffisamment armé pour aller à l'exploration du monde: visiter les labyrinthes secrets de la pensée; distinguer dans le murmure du cœur l'émerveillement, la rage et les passions ponctuelles; contempler les expressions des visages pour se rapprocher de leurs significations; respirer en plein air et réfléchir sur Celui à qui on doit ces secondes de tranquillité sacrée; investir les lieux communs pour dire de chacun d'eux ce qui n'en fera plus une banalité... Avec Corbeille, j'ai voulu me prouver que rien, absolument rien, n'est imperméable à la poésie; et que l'allégresse, la gravité, le silence, la douleur, l'ennui, sont indistinctement d'estimables matériaux pour le poète qui dompte le quotidien en même temps qu'il le vit et raffermit à chaque crépuscule le pouvoir créateur de l'Humanité. Avec la poésie, chaque existence révèle une part de Beauté.

 

 

À force de poursuivre cette Beauté en mon intérieur et hors de moi, je me suis retrouvé à beaucoup moins parler de moi; à parler de bien d'autres personnes quand je pensais ne parler que de moi. D'où, au bout du compte, il m'a paru égoïste et injuste de vouloir garder Corbeille pour moi seul, malgré ses faux airs de journal intime ou de coupures d'agenda. Je vous la partage donc, Chère Lectrice, Cher Lecteur, d'autant plus qu'il est fort probable que Corbeille demeure, pour au moins quelques années, mon dernier recueil de poésie...en Langue Française.

 

 

J'ai en effet répondu, avec instinct, Conviction, Bonheur et Honneur, au Devoir d'écrire en Langue Walaf, Langue parlée par neuf locuteurs sur dix au Sénégal; laquelle Langue, pourtant, est dans un état critique. Il n'existe pas encore de consensus sur l'orthographe de ses mots; son vocabulaire se vide de sa substance et est de plus en plus inondé de mots d'emprunt; ses logiques grammaticales sont ignorées du grand nombre; son enseignement demeure timide ou inexistant dans les Écoles et Universités du Pays; et, pis, pour certains Sénégalais, s'exprimer dans leur principale Langue Nationale n'est pas seulement une difficulté, mais une terrible honte.

 

 

En me fixant l'objectif de produire en Walaf autant de textes que ceux que j'ai écrits en Langue Française Langue pour laquelle je ne cultive pas une affection particulière et que j'utilise, strictement, par nécessité de communication —, j'ambitionne de contribuer à la sauvegarde de la Langue Walaf, son émancipation, sa fière réappropriation par les Sénégalais de prime abord, et de donner au monde la chance de compter en son sein une Langue aussi somptueuse, riche et structurée que la Nôtre.

 

 

J'ose croire, Chère Lectrice et Cher Lecteur non-locuteurs Walaf, votre compréhension acquise pour moins écrire en Langue Française au profit de la Langue Walaf afin de ne pas me rendre complice, par ma paresse ou mon inaction, de la faillite de ce Patrimoine national qui, je dis fermement, a tous les droits de devenir notre Langue officielle.

 

 

Vous souhaitant une excellente lecture de Corbeille,

 

 

 

 

 Diourbel, 06 Janvier 2017

 

NDIAYE, C.A.B.(2017). Corbeille.

NDIAYE, C.A.B.(2017). Corbeille.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :